Welcome

#2 – Pourquoi j’initie ce projet !

La société évolue et avec elle la pratique sportive.

Une fédération doit s’adapter à ces évolutions, il est donc parfois nécessaire de réévaluer nos positions et éventuellement revenir sur certaines décisions qui, si en leur temps étaient justifiées, sont maintenant à reconsidérer.

Il semble évident que nos instances souffrent d’une forte inertie et même d’une propension à se scléroser. Peu de remise en cause, peu d’innovation et les quelques idées neuve qui peuvent émerger mettent trop de temps à aboutir quand ceux qui les portent ont cette chance. Un simple exemple : nous avons accueilli de nouvelles pratiques mais n’avons pas su ou osé adapter nos modèles aux adhérents potentiels qui les accompagnaient. Nous ne nous sommes même pas permis une réflexion sur cette possibilité.

Je veux donc initier une équipe qui s’inscrira dans une démarche de réflexion avec comme maitre-mot « INNOVATION », non pas une innovation coute que coute mais une innovation dans la réflexion. Je veux constituer une équipe qui ne s’interdira pas de remettre en cause le modèle actuel. Si ces remises en cause permettent une évolution il faudra une équipe qui sache les mettre en œuvre. Je veux une porter une équipe avec des idées et des idées neuves de préférence.  

Une nouvelle équipe disponible, ouverte aux évolutions, sans idée préconçue, impliquée à tous les niveaux de la gestion de nos pratiques et capable de se remettre elle-même en cause est nécessaire. Cette équipe devra être un mixte de dirigeants aguerris et rompus au fonctionnement fédéral associés à des pratiquants et dirigeants soucieux d’apporter et d’utiliser leur vision et leur connaissance du terrain d’aujourd’hui.

Pourquoi ce slogan « Une équipe au service des acteurs et des pratiquants » ?

Une équipe disponible.

Comme annoncé dans la déclaration d’intention, il faudra que les membres de cette équipe s’impliquent et soient conscients qu’il leur sera demandé de consacrer du temps à leur mission. Car c’est bien une mission qu’ils prendront en charge. Il est hors de question d’être là pour regarder travailler et à rapporter le travail les salariés et cadres techniques en s’honorant d’une ligne de plus sur leur carte de visite.

Dans le cadre actuel du respect de nos statuts, deux niveaux d’implication :

  • Le Bureau Exécutif : Composé de dix personnes. Selon les termes de nos statuts « le Bureau Exécutif est investi des pouvoirs les plus étendus pour agir en toute circonstance au nom de la F.F.TRI. ».

Les membres de ce nouveau BE qui devront, pour les quatre années à venir, penser, travailler, et finalement vivre F.F.TRI.. Bref, une équipe disponible et au service de la F.F.TRI. à temps complet.

  • Le Conseil d’administration : Soit 22 personnes qui pour cette olympiade seront toutes investies d’une charge précise et définie par une lettre de mission élaborée par le Bureau Exécutif. Ils devront s’impliquer AVEC les salariés et les cadres techniques pour faire vivre et évoluer le projet ou la mission dont ils auront la charge.

Au service des acteurs

Pour que nos pratiques progressent il est vital de faciliter la tâche des acteurs principaux de notre développement et de la vie de ces pratiques. Il faut donc impérativement que nous mettions tout en œuvre pour alléger la charge et les responsabilités des organisateurs et des dirigeants de club.

Beaucoup de clubs et d’épreuves n’ont pas duré car adossés à une trop petite équipe qui s’épuise et à qui nous n’avons pas encore fournit les outils utiles. Quand nous leur avons proposé des solutions nous ne nous sommes pas assurés de leur appropriation par les intéressés. Bref nous ne les avons pas suffisamment accompagnés.

Je considère qu’il est urgent de se pencher sur la difficulté et même le non-renouvellement des dirigeants de club et du vide créé par leur mise en retrait. Il est fréquent de trouver des clubs qui ne vivent que par l’implication de quelques personnes leur départ est souvent synonyme de stagnation voire de régression du club.

Je considère qu’il est urgent de développer les outils existants et d’apporter de nouveaux outils à la disposition de nos organisateurs pour pérenniser leurs manifestations. Il nous faut éviter que ceux-ci, à bout de souffle, ne se lassent et quittent leur fonction sans transmettre. Il faudra impérativement accompagner ceux-ci dans la mise en œuvre de ces outils

Pour ces missions les ligues régionales devront être la courroie de transmission indispensable à la cohésion territoriale. Délégataire de la mission fédérale au niveau régional il sera indispensable au-delà de cette mission de s’appuyer sur celles-ci pour remonter les besoins mais aussi transmettre et participer à la diffusion et à la prise en main des outils proposés.

Je considère également qu’il est urgent d’appréhender les raisons pour lesquelles les organisations importantes du calendrier nous quittent. Nous sommes interdépendants, nous nous développons et nous développerons les uns avec les autres, les un grâce aux autres.

Au service des pratiquants

« La société évolue et avec elle la pratique sportive » c’est la première phrase de ce billet.

Il faut réapprécier la pratique sportive et adapter notre fonctionnement, nos offres, nos exigences et nos priorités à ces évolutions car ce n’est pas le Bureau exécutif ou le Conseils d’Administration qui seuls peuvent décider de ce dont le monde sportif a besoin. Mais ceux-ci doivent travailler à répondre à ces attentes. C’est ensemble que nous devons travailler. Nous devons solliciter les acteurs et les pratiquants pour avec eux travailler à répondre à leurs attentes

Je considère qu’il nous faut étudier, comprendre et réagir au turn-over important à la F.F.TRI.. Toutes les fédérations y sont certes confrontées et plus encore dans les pratiques hors stade comme les nôtres. Peut-être est-il nécessaire d’être moteur dans une concertation interfédérale.

Je considère aussi qu’il faut rapidement évaluer les raisons pour lesquels tant de pratiquants restent hors fédération dans la société du 21ème siècle. Il faut les comprendre et travailler avec eux à leur trouver une place dans, en marge ou à la marge de la fédération.

En conclusion nous devons, sans renier le passé, nous affranchir librement du modèle actuel, remettre en cause nos certitudes et nos habitudes, réévaluer les principes actuels datant de plusieurs décennies.

Il nous faut travailler afin d’évoluer. Nous devons nous inscrire dans une démarche volontariste et nous préparer à la pratique de demain car l’évolution des pratiques que nous connaissons aujourd’hui est déjà dépassée.

Nous devons INNOVER !!!

Comment nous allons fonctionner dans les semaines prochaines

Régulièrement nous publierons de nouveaux billets sur des thèmes qui nous concernent tous.

Après vous avoir donné notre vision de ce que devrait être l’année 2020 nous livrerons dans un premier temps notre vision de ce que sera ou plutôt devrait être et ne pas être cette année élective. Je vous livre ensuite une première vue des articles qui suivront. Pour cela nous respecterons la chronologie de la genèse du triathlon. Le triathlon est né de la création d’un évènement sur lequel sont venus des concurrents qui se sont regroupés en associations. Nous aborderons donc dans l’ordre cette chronologie

  • Création d’évènement   =>    Les épreuves et les organisateurs
  • Concurrents                    =>    Les pratiquants
  • Association                     =>    Les clubs et les dirigeants

Mais d’autres suivront.


Si nos idées vous interpellent et que vous pensez qu’elles sont de nature à faire progresser la Fédération et nos pratiques rejoignez-nous et apportez vos contributions à nos réflexions. Après chaque newsletter vos retours et éléments de réflexion seront les bienvenus pour consolider nos propositions.

En attendant, abonnez-vous à la newsletter, faites connaitre le site www.innovatri.fr et la page Facebook Innovatri.

Jean Michel BUNIET

1 thought on “#2 – Pourquoi j’initie ce projet !

  1. Jean Michel, il va falloir profiter de la nouvelle olympiade pour effectivement apporter de nouvelles choses et en développer d’autres.
    N’oublie surtout pas le paratriathlon et le paraduathlon ” il me semblait même qu’une personne m’avait dit le paraduathlon va se développer en France” cela fit deux ans et pourtant bien d’autres disciplines ont apparues.
    Oui pour un changement ou du moins une évolution car il y a eu de bonnes de choses de faites par le passé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *